NOUVEAU PANEL : 27 Août 2016 à 9 heures. THEME: 25 ans après la Conférence Nationale: Quel espace à construire pour lutter contre la pauvreté au Togo?

K. WOLOU, Th. KOUMOU, S. MINLEKIBE, E. NOUWOSSAN et M. KUAKUVI

28 août 1991 – 28 août 2016

Dans la suite de notre réflexion sur le thème de la pauvreté en cette année 2016 et dans le souci de  nous rappeler les 25 ans de la clôture de la Conférence Nationale qui devait marquer une nouvelle ère dans la vie de notre pays l’Association culturelle, Le  RAMEAU DE JESSE, organise un panel sur le thème:

« 25 ans après la conférence nationale :

Quel espace à construire pour lutter contre la pauvreté au Togo ? »

  1. La Conférence Nationale a-t-elle changé le quotidien des Togolais ces dernières 25 années ?
  1. Y a-t-il encore des pistes pour poursuivre les changements annoncés et espérés ? Quels obstacles à lever pour cela ?
  1. Quels pourraient être les apports spécifiques de chaque type d’acteurs dans la lutte contre la pauvreté ?
  1. Est-il possible de se mettre à nouveau ensemble pour prendre un certain nombre de mesures sans attendre la mise en place de telle ou telle institution politique ?

Voilà quelques questions qui seront abordées par

  • Les panelistes: K. WOLOU, Th. KOUMOU, S. MINLEKIBE, E. NOUWOSSAN et
    M. KUAKUVI 
  • Modératrice:  Maryse QUASHIE

 

Localisation

 

 

6 Commentaires le NOUVEAU PANEL : 27 Août 2016 à 9 heures. THEME: 25 ans après la Conférence Nationale: Quel espace à construire pour lutter contre la pauvreté au Togo?

  1. Merci pour l’initiative.
    Très bonne structure.
    Je serai plus attentif au point deux (2).Car tout se passe comme si le destin du peuple est déjà scellé et qu’il n’y a plus d’actions porteuses de résultats fructueux à mener.

    • Qui doit penser, reveler les actions porteuses d esperances?Doit on tout attendre des partis politiques et donc des hommes politiques? Le citoyen n a t il pas le pouvoir d initier quelque chose?

  2. Un quart de siècle après la conférence nationale, le bilan est chaotique et alarmant au regard du climat de méfiance sans cesse croissant dans la classe politique, au regard des calculs politiciens des démagogues véreux qui font du pouvoir un patrimoine familial en s’accaparant des richesses du pays, enfoncant dans la précarité et dans la pauvreté, la minorité qui croupit sous le poids de ces injustices coupables et suscidaires, lesquelles engendrent par voie de conséquence des violences au sein de nos populations. La liste des maux dont souffre l’appareil politique togolais peut continuer. Ceux (les maux) dont nous venons de toucher du doigt, du moment où ils seront pris en compte et résolus comme problème, la pauvreté loin d’être anéantie, serait réduite au Togo dans une politique de valorisation des droits humains ayant pour corollaires, la justice comme équité au sens de Rawls, la promotion et la protection des droits et libertés individuelles auxquels aspirent les citoyens. Ce n’est qu’à cette fin que nous parviendrons à construire un monde de paix et une civilisation universelle.
    ADJIGBE Olivier, Master en philosophie

  3. DJERI BAWA El Kadère // 19 août 2016 á 17 h 57 min // Répondre

    Bonjour merci le rameau pour la louable initiative qu’elle prend pour discuter sur ces thèmes importants. Toutes les questions,tous les points qui seront soulevés sont riches d’intérêt et notre statut d’étudiant nous contraint à être très attentif. Un avenir politique prometteur n’est possible que dans la mesure où tous les acteurs se donnent un objectif commun et travaillent en synergie. Il est impératif que tous arrivent à redéfinir la chose politique comme impersonnelle mais collective.DJERI BAWA El Kadère Lisence en philosophie

  4. KOSSI-BOKOR Kodjovi Mawuena // 28 août 2016 á 7 h 18 min // Répondre

    Je suis très ravi de me compter parmi les invités à cette conférence qui tente de trouver un créneau de vivre ensemble entre les Togolais en nous faisant prendre conscience du concept de pauvreté,une arme qu’utilise nos gouvernants pour asseoir le pouvoir

  5. KOSSI-BOKOR Kodjovi Mawuena // 28 août 2016 á 9 h 49 min // Répondre

    La suite:Chaque entité campe sur sa position.La méfiance gagne du terrain et elle s’observe entre les politiques,les syndicalistes,la société civile…Comme le pouvoir en place a pu créer ses propres ONG,de la même manière il a créé ses opposants,ses syndicalistes,sa société civile…et des croques-en-jambe entre chaque entité d’une part,les entités s’invectivent d’autre part.De ce fait les Togolais sont perdus et ne savent quel chemin prendre.Les élections de tout ordre non plus ne sont pas la panacée.Le tableau est très sombre.Cependant une lueur d’espoir apparaît à travers le thème de la conférence: »Quel espace à construire pour lutter contre la pauvreté?De ce thème le Togolais sera informé et formé et prendra certainement ses responsabilités.Il fera le lien entre sa pauvreté sur le plan de l’information,sur le plan financier et le refus de l’alternance du pouvoir en place.Maintenant le danger c’est qui inviter pour des débats de vérité,de sincérité car la pauvreté a rendu tant de Togolais malhonnêtes.
    Le panel est satisfaisant car il a renseigné sur beaucoup d’écarts de la bonne gouvernance de ce régime.Les discours politiques de l’opposition n’ont pas cette hauteur.il nous faut bien connaître le site de « Veille économique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*