NOUVELLE CONFERENCE THEME: POUR UNE SOCIETE PLUS EQUITABLE: REGARDS CROISES SUR LA LETTRE PASTORALE DES EVEQUES DU TOGO

La politique, avant d’être saisie comme action des gouvernants, est d’abord une dimension constitutive de l’être humain et à ce titre elle concerne tous les citoyens. Elle est service par son essence.

Elle a l’obligation de faire tenir ensemble les citoyens par la justice sociale, vertu indispensable pour l’accomplissement de l’être politique des citoyens.

Justice, vérité et responsabilité sont donc trois piliers fondamentaux de la politique.

Deux conséquences fondamentales sont à tirer de cette conception :

  • Une minorité ne peut pas s’accaparer des biens de la communauté
  • L’alternance est un droit inhérent à la politique.

Se sentir concerné par le devenir de sa communauté politique voilà l’objectif de ce panel qui se veut être un cadre de regards croisés sur la lettre des évêques du Togo à l’occasion du 56è anniversaire de l’indépendance de leur pays.

2001                     2002

2 Commentaires le NOUVELLE CONFERENCE THEME: POUR UNE SOCIETE PLUS EQUITABLE: REGARDS CROISES SUR LA LETTRE PASTORALE DES EVEQUES DU TOGO

  1. KOSSI-BOKOR Kodjovi Mawuena // 19 juin 2016 á 17 h 35 min // Répondre

    La population togolaise a démissionné car elle avait fait ce qu’elle peut.Il n’y a pas une synergie d’actions allant dans la recherche de l’indépendance du Togo.Les évêques ont ce pouvoir de rassembler les leaders politiques,y compris celui de la mouvance présidentielle,pour leur signifier la richesse qu’est le peuple togolais.L’égocentrisme des leaders priment sur l’intérêt général.Les leaders doivent panser leurs blessures intérieures pour faire régner l’amour.Ce message doit tarauder l’esprit des leaders.
    Cette conférence est la bien venue car elle nous offre le podium pour dire les incongruités,les incohérences dans la lutte pour la libération du Togo pris en otage par un groupe d’individus.Tant que l’homme ou le Togolais a sa faculté pour réfléchir,j’ose croire que la lutte aboutira sans écueil.Merci beaucoup.

  2. on est pas en pane d’idée pour le changement de ce pays. tout le monde en parle. et c’est nécessaire. nos évêques on décidé d’en parler parce que s’en est de trop. c’est une obligation pour eux de veiller sur la santé sociale. la mouvance présidentielle dont M. KOSSI BOKOR parle tient un langage: si vous ne décidez pas, on décidera à votre place. si vous ne voulez pas manger, on mangera à votre place. si vous ne pensez pas pour vous, on le fera à votre place et à votre défaveur etc… comme réaction sans réflexion: autant manger en pensant comme eux! et voilà où nous en sommes. j’ apprécie le rameau qui tient. peu parviennent à tenir la discutions. cela montre que tous les citoyens n’ont pas démissionné.quand les choses deviennent dure, les courageux continuent la lute. je reviens. ce que le représentant d’unir avait dit, c’est ce qu’il devrait dire selon moi. on dit souvent un agneau isolé qui se retrouve dans une foule de louveteaux pour ne pas se laisser dévoré doit porter le même masque que les louveteaux. il a bien fait de dire ce qui est bon et vrai. on dit merci. mais dans leur boite politique, ce n’est pas le même discours. et c’est ce qu’ils se disent dans la boite que le président a osé afficher clairement a l’extérieur du pays:pas de réponse directe en ce qui concerne l’alternance, la limitation du mandat. quoi de bon à discuter! pourquoi voulons nous quand on en vient au Togo que les principes de la démocratie changent ou soient repensé par les universitaires dont plusieurs sont pré-payé? nous ne voulons pas en faire une « togocratie ». j’en parle puisque quand on ne fait pas la politique, elle autre nous fera. on en sera victime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*