Energie solaire, une source d’énergie pour l’Afrique

Par Pr. Kossi NAPO de l’Université de Lomé

La vie sur terre ne peut guère se dérouler sans le soleil, c’est en quelque sorte l’interrupteur de toutes les activités. L’homme a toujours cherché à s’adapter à cette extraordinaire source d’énergie qui le fascine au point qu’il en a souvent fait un dieu. L’Afrique est par excellence le continent du soleil mais en profite-t-elle vraiment ? Le soleil, dont les pays pauvres sont riches, est-il pour eux une source de développement, de mieux vivre et de mieux être ?

archi_2 archi_1

Le développement d’un milieu est lié à l’équilibre entre ses besoins en énergie et sa production d’énergie, car la croissance économique sur le modèle classique demande énorme consommation d’énergie et l’industrialisation se fait au prix de la possibilité de se fournir en énergie à des coûts acceptables. Seule une minorité parmi les pays sous-développés disposent de sources d’énergie conventionnelles (pétrole, énergie hydroélectrique et nucléaire) assurant l’autosuffisance énergétique. Pour les autres, les plus nombreux, la question de l’énergie constitue un lourd handicap dans la course au développement, et, paradoxalement, on constate que ce sont ces mêmes pays qui disposent d’un immense potentiel en énergie renouvelable, notamment le soleil. Cette énergie ne pourrait-elle pas devenir leur richesse?

Le rayonnement solaire capté et domestiqué se transforme en énergie bienfaisante grâce aux appareils mis au point dans des laboratoires. Il devient ainsi courant électrique grâce aux capteurs solaires ou capteurs photovoltaïques, communément appelés panneaux solaires. Le rayonnement solaire peut également se transformer en chaleur pour la production d’eau chaude, la cuisson des aliments, le séchage des produits agricoles ou la distillation de l’eau. L’eau qui est si rare dans nos pays peut être pompée grâce à l’énergie solaire pour le bonheur des familles et des agriculteurs.

Le rêve du consommateur, togolais en particulier, serait de disposer facilement de toute l’énergie dont il a besoin et à des coûts supportables. C’est d’abord ce que l’énergie solaire pourrait apporter dans les pays en développement. « Le coût élevé de l’éclairage solaire n’est plus un obstacle à sa diffusion en de nombreux endroits. Ce coût est bien inférieur à celui des solutions qui sont employés actuellement pour assurer l’éclairage et l’audiovisuel dans le milieu rural des pays en développement. Ce coût va encore baisser dans les années à venir. » (Rodot et Benallou)

Si l’on considère que le développement correspond en tout premier lieu à un mieux vivre de l’homme alors le soleil peut nous apporter ce développement car on peut grâce à lui avoir nos maisons éclairées convenablement, chaque famille peut disposer de l’énergie pour faire marcher son poste radio ou télé. Mieux encore le soleil peut être exploité pour améliorer la vie des collectivités : éclairage d’école, éclairage public, pompe d’extraction d’eau, réfrigérateurs à vaccin pour dispensaires. Il ne s’agit pas seulement de confort mais de véritable développement concernant la vie quotidienne mais aussi la santé, l’agriculture et la scolarisation. De plus l’utilisation de cette énergie n’est guère polluante et dangereuse. Le soleil permet enfin de mettre en place un système d’électrification décentralisé : on s’appuie sur les ressources locales et l’on fait l’économie des frais de raccordement à un réseau central, frais qui sont souvent élevés ; et on bénéficie enfin d’une installation dont la population prend soin car elle lui appartient.

archi_3

Qu’attend-on alors pour exploiter la mine inépuisable que constitue le soleil ? Y aurait-il un problème technique ? Non puisque la recherche est suffisamment avancée pour ce qui est de l’électricité domestique et de certains usages collectifs : bus électriques, trams électriques etc. Serait-ce alors un problème économique ? Au stade actuel de la recherche, il est certes difficile de penser à des industries tournant uniquement au soleil car cela reviendrait trop cher étant donné les coûts de fabrications des panneaux solaires liés à la nécessaire utilisation du silicium pur. Cependant l’électrification des localités surtout isolées comme dans le monde rural ne pose pas de problèmes économiques si l’on se décide à adopter une politique qui amène au village un minimum de confort. « L’électrification rurale par l’énergie solairerepose sur une philosophie différente de l’électrification rurale conventionnelle. C’est une somme de services rendus spécifiques, dont chacun exige son mode de gestion. La motivation des usagers, le rôle des services locaux d’installation et de maintenance sont essentiels. Comme pour l’électrification conventionnelle, la volonté politique des collectivités locales et des gouvernements est nécessaire pour introduire ces systèmes de façon massive. » (Rodot et Benallou)

Lorsqu’un problème lié à une question de volonté politique et lorsque cette volonté semble manquer, il faut se poser la question des intérêts qui sont en jeu. Il reste à savoir ce qui primera : l’argent des riches qui dort à l’ombre, ou le bonheur des pauvres qui dépend du soleil ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*