REACTION DU FRONT CITOYEN « TOGO DEBOUT » CONTRE LA DECLARATION CONJOINTE DE LA COORDINATION DU SYSTEME DES NATIONS UNIES, LA DELEGATION DE L’UNION EUROPEENNE ET LES AMBASSADES D’ALLEMAGNE, DES ÉTATS-UNIS D’AMERIQUE ET DE FRANCE AU TOGO

ACDI, ALCADES, APED, ASVITTO, Flambeau Citoyen, FTBC, LCT, LTDH, Missite , Mouvement des Artistes Engagés du Togo, Mouvement Patriotes Togolais, NUBUEKE, Rameau de Jessé, REPAJOSEC, STT, SYNPHOT, UST, Winiga

Comme tous les autres citoyens togolais, les membres du Front Citoyen «TOGO DEBOUT»  qui ont pris connaissance du contenu du communiqué du Groupe des cinq, datant du lundi 19 mars 2018, tiennent à réagir au dit communiqué de la manière suivante :

Le  Front Citoyen « Togo Debout» remercie, avant tout, le Groupe des cinq pour l’intérêt qu’il porte à la recherche d’une solution durable, pacifique, efficace et efficiente à la crise socio-politique que traverse notre pays le Togo.

Cependant le Front Citoyen « TOGO DEBOUT » tient à rappeler, avec insistance, au groupe des cinq et à toute la communauté internationale que la situation fort délétère dans laquelle vit la majorité des Togolais, commande à avoir un langage franc et clair à l’égard du pouvoir qui en est indubitablement l’auteur. A cet effet, le FCTD estime que :

  • Si les élections suffisaient à faire d’un pays un Etat démocratique, le Togo serait un modèle de démocratie sur le continent africain. Car des élections, il y en a eu mais hélas le problème demeure.
  • En effet, que dire des élections au cours desquelles des urnes ont été volées mais qui ont été malheureusement validées par la communauté internationale ?

Que dire des élections dont le comptage des voix n’était pas terminé et pourtant les résultats étaient proclamés par la CENI en donnant un vainqueur?

  • Les élections sont certes un élément nécessaire mais pas une condition suffisante pour l’instauration de la démocratie dans le contexte actuel du Togo en l’absence de réformes. Ce serait donc dangereux, voire suicidaire, de vouloir précipiter le pays dans un processus électoral dans une telle situation. De vraies élections libres, transparentes et démocratiques présupposent l’existence d’institutions justes et démocratiques. Et notre pays n’est pas encore dans ce cas de figure.

C’est pourquoi le Front Citoyen « TOGO DEBOUT » tient à redire solennellement qu’aucune élection ne saurait être crédible si elle n’est pas précédée de réformes institutionnelles et constitutionnelles.  Et la mise en œuvre de telles réformes souhaitées par tout le peuple passe par une période transitoire qui aura pour mission  de restructurer, de consolider et de revigorer les institutions devant permettre un vivre ensemble harmonieux, car « vivre avec et pour les autres dans des institutions justes », est le but de la politique d’après Paul Ricœur.

Le Front Citoyen  « TOGO DEBOUT », en tant que Mouvement Citoyen engagé, réaffirme une fois de plus la position qu’il partage avec les aspirations profondes de tout le peuple togolais qui souhaite vivre dans un régime respectueux des normes et principes de démocratie et d’Etat de droit.

Cette aspiration s’est déjà manifestée dans le vote à plus de 97% de la Constitution de 1992 dans sa version originale. Le retour à cette Constitution, qui est un point indispensable non négociable, n’est dirigé contre personne et aucun argument juridique ne saurait l’empêcher. Le retour à la Constitution de 1992 serait l’expression de la volonté générale qui est au-dessus de toute autre volonté  car c’est le peuple en dernier ressort qui est souverain et lui seul en tant que mandant peut changer le cours  des choses.

Si l’homme doit être la valeur fondamentale de tout régime démocratique, le Front Citoyen « TOGO DEBOUT »  souhaite ardemment que l’intérêt du peuple, qui n’est jamais la somme algébrique des individus d’un Etat, passe avant tout autre intérêt. Aucun compromis ne se fera plus  sur  le dos du peuple. Et  eu égard à notre contexte, la langue de bois ne serait pas le meilleur outil de communication fut-il en diplomatie.

Le Front Citoyen « TOGO DEBOUT » souhaite enfin que les apports des Etats de la sous-région, du continent et de la communauté internationale tiennent compte des aspirations légitimes d’un peuple meurtri et frustré depuis des années et qui a le droit, comme tous les autres peuples, de militer pour un Etat de droit démocratique comme cadre politique pouvant garantir les droits fondamentaux de l’homme tel que stipule le paragraphe 3 du préambule de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

La démocratie n’est pas un luxe pour notre pays mais c’est une nécessité vitale et par conséquent la monopolisation de l’espace politique par un groupe, qui prend tout un peuple en otage, ne peut plus être tolérée. La résolution pacifique de la crise togolaise ne peut plus se faire dans n’importe quelle condition car « Il est incontestable, et c’est la maxime fondamentale de tout droit politique, que les peuples se sont donnés des chefs pour défendre leurs libertés et non pour les asservir. Ils se sont donnés des supérieurs pour les défendre contre l’oppression et protéger leurs biens, leurs libertés et leurs vies qui sont, pour ainsi dire, des éléments constitutifs de leur être. » (Jean Jacques ROUSSEAU)

Fait à Lomé le 22 mars 2018,

Pour le Front Citoyen « Togo Debout »,

Professeur David Ekoué DOSSEH

Ampliations :

CEDEAO

Ambassade de la République du Ghana,

Ambassade de la République du  Nigéria

Ambassade de la République du Bénin

Ambassade de la République du Burkina Faso

Conférence  des Evêques du Togo

Eglise  Presbytérienne du Togo

Eglise Méthodiste du Togo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*