CONFERENCE PUBLIQUE DU FRONT CITOYEN TOGO DEBOUT

ACDI, ALCADES, APED, ASVITTO, Flambeau Citoyen, FTBC, LCT, LTDH, Missite , Mouvement des Artistes Engagés du Togo, Mouvement Patriotes Togolais, NUBUEKE, Rameau de Jessé, REPAJOSEC, STT, SYNPHOT, UST, Winiga

« Sans dialogue aujourd’hui rien n’est possible.
Mais un dialogue sincère, même si l’on doit se
dire des choses désagréables en face…
Pas un dialogue du genre : oui nous sommes
d’accord, puis en sous-main on tient un autre
discours. » (Pape François)

Chers Concitoyens,
Au FRONT CITOYEN TOGO DEBOUT, nous faisons nôtres les mots de cette citation pour signifier d’une part l’importance que nous accordons au dialogue pour une sortie pacifique de la crise togolaise et, d’autre part, la qualité du dialogue attendu par tous les citoyens : un dialogue sincère, qui pose les vrais problèmes et qui apporte les bonnes solutions.
Nous voulons, avant tout, saluer l’annonce de l’ouverture de ce dialogue et ensuite, saluer la patience du peuple togolais qui n’a cessé de montrer sa détermination pour l’alternance, sa ténacité et surtout sa bravoure envers les forces de l’oppression. Enfin nous remercions tous ceux qui se sont impliqués dans la recherche de solution de cette crise en particulier les médiateurs et tous les pays amis.
Le FRONT CITOYEN TOGO DEBOUT tient cependant à rappeler au pouvoir togolais et à tous les acteurs politiques que le dialogue en soi n’est pas la finalité, mais il n’est qu’un moyen et qu’à cet effet nous ne perdons pas de vue que le dialogue doit permettre d’aborder les vrais problèmes qui constituent des blocages et des handicaps au vivre ensemble harmonieux des Togolais.
Vivre ensemble c’est la raison d’être même de la politique et s’il est vrai que la politique présuppose une pluralité d’hommes et de femmes, ceux-ci ne peuvent tenir ensemble dans un Etat que par la Justice et par le respect scrupuleux des lois qu’ils se donnent, car nul n’est au-dessus de la loi.
Considérant donc le dialogue qui va s’ouvrir le 15 février prochain comme un moyen, le FRONT CITOYEN TOGO DEBOUT tient ici à rappeler solennellement les attentes des citoyens pour que tous les protagonistes et acteurs politiques les aient en mémoire pour la réussite du dialogue :
Le respect de la Loi Fondamentale qui ouvre une véritable ère démocratique pour notre pays. Ce respect passe par ce que le peuple a exprimé à la commission pour les réformes de Mme Awa Nana et aussi au monde entier : le retour à la Constitution de 1992 avec la phrase « en aucun nul ne peut exercer plus de deux mandats ».
Proclamer cela ne signifie en aucun cas un alignement sur la position de tel ou tel parti politique. Mais c’est l’expression d’un véritable désir du peuple togolais, car La Loi que l’on s’est donnée, doit être respectée. Et une sagesse de nos cultures nous l’enseigne : ce que tout le peuple a fait, un seul ou une partie ne peut et ne saurait le détricoter. Aucune considération, fut-elle juridique ne saurait dire autre chose ; car le droit, en tant qu’instrument, prend en compte et traduit une valeur posée, reconnue et affirmée par des hommes et des femmes vivant dans une communauté politique. Le retour à la Constitution de 1992 est une nécessité à cause de son ouverture à l’ère démocratique. Ce serait aussi une façon d’affirmer haut et fort que : plus personne n’a le droit de se mettre au-dessus de la Loi dans notre pays, car le respect de la Loi qu’on s’est donnée est Liberté, écrivait Rousseau.
L’ampleur de la crise exige l’ouverture indispensable d’une période transitoire.
Il s’agit en effet de mettre en œuvre un gouvernement de transition qui aura comme mission la création des institutions justes pour notre pays, ce qui permettra le déverrouillage des institutions actuelles. Un gouvernement de transition et non un gouvernement d’union est par conséquent un impératif.
L’alternance, un droit naturel et démocratique
Pour le FRONT CITOYEN TOGO DEBOUT, la période de transition doit permettre et favoriser une vraie alternance politique démocratique. L’alternance politique s’accomplit lorsque des partis politiques appartenant à des courants politiques différents se succèdent au pouvoir par le canal d’élections libres, transparentes et honnêtes. Tous les pays de la CEDEAO ont connu une alternance démocratique, le Togo ne peut pas continuer à briller par cette scandaleuse singularité car pour nous « la démocratie est le régime où la majorité reconnaît les droits des minorités car elle accepte que la majorité d’aujourd’hui puisse devenir minorité demain et être soumise à une loi qui représentera des intérêts différents des siens mais ne lui refusera pas l’exercice de ses droits fondamentaux. » (Alain Touraine)
Le respect des droits de l’homme
La construction d’un Etat de droit démocratique passe par le respect des Droits de l’homme considérés comme la pierre angulaire de l’édifice de l’Etat de droit. Ces droits sont naturels et inaliénables. A ce titre ils s’imposent à toute autorité car la dignité de tout être humain est une valeur cardinale. Le respect de ces droits implique le refus de l’arbitraire et nous devons lutter contre la loi du plus fort. « Il faut mettre ensemble (alors) la justice et la force et pour cela, faire que ce qui est juste soit fort ou que ce qui est fort soit juste » (Blaise Pascal) sinon on a la Loi de la force au lieu de la force de la Loi.
Par conséquent le FRONT CITOYEN TOGO DEBOUT rappelle l’exigence de libération de tous les prisonniers politiques, comme expression du respect des droits humains et surtout comme manifestation tangible du refus de l’arbitraire pour s’inscrire dans un ordre nouveau : le Togo doit passer de l’ancien régime à un nouveau régime.
LE FRONT CITOYEN TOGO DEBOUT, par ce rappel des quatre points essentiels, affirme devant la presse nationale et internationale qu’il entend exercer son droit de contrôle citoyen et de ce fait rester vigilant. Il invite toute la société togolaise à cette vigilance.
En prenant donc en compte la situation de notre pays à l’ouverture du dialogue, Le FRONT CITOYEN TOGO DEBOUT annonce :
Aux autorités togolaises et aux partis politiques invités : AUCUN COMPROMIS SUR LE DOS DU PEUPLE NE SAURAIT ETRE ACCEPTE.
Aux Togolais et à tous les Togolais vivant sur le territoire ou à l’étranger, nous rappelons cette phrase de Nelson Mandela, figure historique de lutte pour la liberté : « Au bout du compte, nous devons nous souvenir qu’aucune loi ni aucun système ne peuvent venir à bout de ceux qui luttent pour la justice. » Alors restons mobilisés et déterminés, car la souveraineté nous appartient.
Et c’est dans le sens de cette mobilisation, de cette détermination, que le FRONT CITOYEN TOGO DEBOUT annonce une série d’actions :
La première action de mobilisation est la conférence publique de ce jour.
La deuxième action, c’est l’organisation d’un grand meeting d’information et d’exhortation que nous organiserons le mardi 13 février prochain à 14h en face du Collège Plateau à Cassablanca. Nous vous demandons de diffuser cette information et d’être au rendez-vous.
La troisième action c’est la remise d’un document le 14 février, veille du dialogue, aux autorités togolaises, à la coalition des 14 partis, aux médiateurs et à la CEDEAO. Ce document mettra l’accent sur les attentes du dialogue.

Le FRONT CITOYEN TOGO DEBOUT vous invite une fois de plus à la vigilance et vous demande de rester prêts à répondre à son appel pour d’autres actions nécessaires si la situation l’exige pendant le dialogue car la volonté du peuple est toujours et toujours invincible.
Merci pour votre attention
Fait à Lomé le 7 février 2018
LE FRONT CITOYEN TOGO DEBOUT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*